Aller au contenu principal

À DÉCAGER DU THORAX – ROMAIN CANDUSSO

décembre 18, 2020

je crois fermement m’enferme je crois
que je m’enferme me ment
me tire vers le bas qui blesse me
tire vers la blessure sans haut ni bas
la blessure est nue n’a pas de point pas d’après pas de loin
le corps nu de ma blessure serré dans mon corps
une tête de mort dans la tête
un cadavre à me sortir du corps par l’après du temps
je croîs j’ingère du temps l’entropie le chaos je crois
que le temps n’a rien à guérir
dans la blessure des choses je ne fais que pousser
ce qui ne s’attendait pas à être
ce qui ne s’attendait pas


l’édifice est pourri dans ses fondations,
l’air y croupit, l’enfer est bien gardé,
la croissance s’arrête sous la frappe d’un mot jeté
dans les failles, rentré dans les nerfs,
une vibration à contourner, éviter, s’évider sans rien dire


et le passé fait noyau à travers l’être,
ne stagne pas, avance avec moi, marche sur
moi ne stagne pas, avance, marche et se mâche,
ce que je n’ai plus à être est là
qui répond présent répond passé ne répond plus
fable le présent rumine, se rumine, se détermine
en regardant miroiter le passé,
les images tapissent le souvenir, s’en détachent,
recherchent leurs couleurs leurs odeurs
et le bruit qui s’agite en elles


l’influence travaille vague après vague
le coeur dans les images, les miroirs, les
mirages ; l’influence fait son ravage :
silencieux s’impose ce qu’aucune parole n’expose,
vers dans la viande sans conscience
qui bride froid l’être en plein déploiement replié et ployant


les gestes ouvrent, irrémédiables,
rien ne se referme, rien ne se renferme,
l’échec a ses réseaux, ses raisons et le temps en résonne,
nos désirs pincés intercostaux des lésions
à décager du thorax


un soir, exténué, on se regarde
désertés un premier instant, un autre,
sent raviner la pluie en soi,
ses sensations enrouées de graviers et de débris de bois,
raccroché au plexus où pèse le bas d’un autre mais
sans cesse soufflant l’impérieux sans verbe, sans violence —
quand les gestes ne t’embarquent plus,
ne bouge pas, ne les porte pas en toi,
ne les porte pas plus loin en toi,
dans la vie des fossiles qui ont poussé avant toi,
t’on fait pousser et sont maintenant à repousser —


le corps s’approfondit, s’endistance, ses
sentiments loin devant, au levant, des leviers
intimant loin des bornes où commence,
interréel, le conflit aux frontières des forces :
l’attention tournée vers la tension,
le corps déterre une musique chaotique,
les os font échos et harmoniques
et du bruit s’agite qui veut sa place en elle
sans se laisser résoudre


mon nom se disloque d’avoir été répété
par tant de bouches, de s’être frotté
à tant de lieux, d’être venu de si loin,
appelant d’avant ma naissance pour me faire naître,
me montrer, me donner à sentir qu’il n’était
que la porte de ma présence, une succion vers
absentée de destination


je suis
seulement je suis
l’être indivis extirpé inqualifiable des geôles de l’esprit
de l’incarcération de l’esprit par lui-même
limité à l’être illimité perds les adjectifs
qui me repoussent, me mettent en cellules
de plus en plus étroites
jusqu’à ce que je ne contienne plus rien de ce que je suis
dans les derniers retranchements retranché


à l’épreuve le récit le mettre le reprendre à la forme à la base
avant même qu’il ne dise tout reprendre
avant ce qu’il montre
repousse et retourne au commun chaotique
tout contact possible et impossible
défaire refaire l’expérience refaire l’inexpérience
dépositionner pour éprouver s’éprouver
rationnel ce qui est pensé par l’avant de la pensée
dans l’élagué des constellations, lumières évidées de leurs origines,
lumières déjà mortes qui ne s’éclairent plus qu’elles-mêmes
je n’ai pas commencé de voir
le visible est déjà vu tout vu cache
mais je veux voir les invisibles qui le travaillent
magma qui par bulles éclate et d’un changement déséquilibre
n’ai pas commencé de voir ce déséquilibre
où le visible à nouveau ouvre la vue




Pour aller plus loin, c’est ici



© Tous droits réservés

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :