Aller au contenu principal

Paul Celan – Marc Guillaumat

juillet 9, 2020



ICH KANN DICH NOCH SEHEN : ein Echo
ertastabar mit Fühl-
wörten, am Abschieds-
grat.

Dein Gesicht scheut leise,
wenn es auf einmal
lampenhaft hell wird
in mir, an der Stelle,
wo man am schmetzlisten Nie sagt.




JE PEUX ENCORE TE VOIR : un écho
que l’on peut toucher avec les mots
du sentir, à l’arête de
l’adieu.

Ton visage tremble légèrement
quand soudain tel une lampe
il devient clair en moi,
à l’endroit où l’on dit le plus douloureusement « jamais ».

(Traduction libre)


©Image Marc Guillaumat
©Texte Paul Celan

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :