Aller au contenu principal

5 auteurs des éditions La Crypte

juin 10, 2020



les maisons du détour, Pierre Auban, La Crypte 2020

C’est la maison de la mer avec ses bois vieillis,
un obsolète accastillage, des chansons crues,
l’ivresse, les ivresses, image un peu fanée que défendent des hommes
aux barbes teintes au sang du dernier requin pêché. Par jeu.
La septième maison est de joies vrillées de peines rudes.
On y connaît la mort.
On n’en parle jamais.
C’est la maison de la mer qui ne voit terre que de loin,
où l’on ne se repose jamais non plus,
par magie et pour effrayer les monstres.

Elle aussi m’est interdite.
Je ne suis pas assez sauvage pour vivre loin des îles.
Parfois un marin me fait signe avec sa corne de brume ;
alors je rêve qu’ils m’aiment peut-être un peu
les marins de la septième maison et j’ai l’espoir de les rejoindre un jour
dans la brutalité, dans la férocité certes,
mais loin de certaines mesquineries citadines, terriennes,
en fait, plus près des Dieux.
Cet espoir de l’Océan nourrit mes jours, mes heures
mes sommeils égarés.
Oui, patience. Plus tard tu vivras dans la septième maison
hauturier sans retour.

Pourquoi toujours la mer et si loin d’elle ?
Il est bien de rocs, le gouffre de l’errant.
Il ne sait plus où est la vague.
C’est cela, la punition.
Mais ajouter à cela l’angoisse de tous les matins,
c’est la torture.
Pourquoi cette angoisse puisque demeure l’espérance des vrais lieux ?
Pourquoi gens de mer me faire attendre aussi longtemps
pour partager le repas dans la septième maison ?
Un rêve m’a dit que plus je poserai de questions
plus rares seront les réponses.
Et il m’arrive d’être désespéré.
Mer, ne sois jamais
mon propre silence.

Je consacre à la mer toutes mes joies.
À la maison de la mer vont, nombreuses, mes pensées.
Aux marins, mon amitié.
Si je ne puis encore honorer véritablement la mer
je m’y prépare.
Dans la plus sereine humilité,
dans le plus brésillant orgueil.
La septième maison m’attende
La mer attend ma pureté.


——————-
éclair éclat erre, Florent Dumontier, La Crypte 2020

Sur la table qui n’est qu’en rêve, la lumière, dévêtue, n’éclaire plus.

Manque une image que les yeux ne veulent pas donner :

Tout le clair, rassemblé, se tarit dans le vase muet de la nuit.

Si le bleu s’épuise. Tu es, peu d’aisance, pour tenir l’anse des astres,

Où la mort défausse ton regard, parmi les décombres, décape le corps, avec un bruit, de verre jeté vers le sol.

Défroisse une autre fois l’ombre étroite contre toi ;

Tu puiseras les gravats

D’un ciel soucieux de pulvériser l’oeil, sans image, sur un fond de vase.



——————-
vers cela qui n’est pas, Michel Bourçon, La Crypte 2020

marcher pour ne pas
perdre pied

se cramponner
au feuillage mouvant des arbres
au sillage blanc des avions
aux mots qui confinent l’univers

à tout ce qui se tait
et parle en nous

ne pas se retourner
sur le chemin parcouru
de peur que le sentier
ne soit plus là.


——————–

Origine Horizon, Stanislas Cazeneuve, La Crypte 2020

Pour prendre visage. Je voulais m’approcher de la fenêtre. De l’envol du ciel pâle. Comme les souvenirs. Je ne sais m’effacer. Ni revivre. Je demeure un pays de changement d’heures. Lentement enfoui. Qui regarde briller et mourir les verreries de l’été. Mourir le corps distancié du désir. Les illusions qui mutilent. Mon ciel est celui des yeux fermés. Qui fixent la musique.
La clarté des questions. La passion d’être improductif. C’est le rien qui décrète. Où étoile le sentiment de la vie. Et les mots pour l’écrire.
Je suis un cantique plus qu’un visage.


———————–

Le Mal des aquariums, Thomas Chapelon, La Crypte 2020

Comme cela s’efface et se répète

Dans l’aquarium vide,
Surgissent des rochers

Une aisance


Terrestre sentiment géologique ?

Viennent de surgir

Deux milliards d’années ensevelies,

Nous l’étudierons,

Les enfants jouent dans les déblais de ce qui
N’a été encore appris

Sans communauté de sens

Aucune parole.


As that’s erased and repeated

In the empty aquarium,
Arise some rocks

Some ease


Terrestrial geological feeling?

Have just arisen

Two billion buried years,

We’ll study it,

Children play in the rubble of what
Has not yet been learnt

Without community of sense

No talking.



Tous ces livres sont disponibles en passant par le site des éditions La Crypte ICI

Un article sur Christian Marsan, aux commandes des éditions La Crypte ICI

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :