Aller au contenu principal

Damien Paisant, extraits de « Cri »

juin 4, 2020

Qui es tu
pour m’offrir
ce présent chargé

je me dis

Qui es tu
pour me faire porter
ces valises fermées

aux voyages lointains
où l’on peut voir
ailleurs que chez soi

Je me dis

promène-toi
dans la contre-allée

et respire
le parfum
des rares fleurs

la voie publique
t’écrase
sous les débris de

l’exil forcé

étranger à toi même

*

Ce que pèse
la perte

de ne pas être

ou plutôt d’être

ce mendiant
à la main
qui tremble d’attendre
l’autre main

Ce qu’elle pèse

dans ces yeux privés
de lumière

pour voir
l’autre main

à ma portée

Ce qu’elle pèse

dans ce pauvre corps
affamé

toujours affamé

*

qui veut finir
se refuse
à commencer

travail sans objet

vers libre

d’actions dictées
par le temps

contre la mort

qui veut commencer
se refuse
à finir

travail forcé

vers libre

devant la mort


PAR ICI pour plus d’informations

C’EST ICI pour le commander


© Editions Bruno Doucey

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :