Aller au contenu principal

Ingrid S. Kim, extraits de « Rechutes »

juin 2, 2020


A.B.
C’est pas la nuit que tu mens
En vrai
C’est quand tu le dis c’est quand tu dis la nuit
Que tu mens
Tant de nuits
Parce que ça ment pas la nuit si y’a bien un truc
Que tu m’as appris
C’est ça
C’est qu’il n’y a que la nuit
Qu’on ment pas
Qu’on se ment pas
Au grand soleil oui le
Sourire
Aux visages aux miroirs
Ça va ? ça va
Ça ira ? ça va
Ça va aller
Faudra bien
Que ça aille
Ça va
Ça va mieux J’ai pas peur
J’ai pas mal
J’ai pas froid
Je ne me souviens pas
J’ai bien dormi
Oui
Mais pas la nuit
Tout ça
Jamais
La nuit
Immondices à la nuit
C’est toi
Qui l’as dit
Alors même sans miroirs
On m’la fait pas mon grand
C’est pas la nuit
Que tu mens
C’est quand
Tu le dis


Ligne 3

J’oublie plus mes cabas dans les bus de la ville
J’oublie plus de descendre à l’arrêt
J’oublie pas d’acheter le pain je sème
Plus rien
Sur les bancs de la ville
En riant
Les plumes et les briquets Les blousons
Les papiers
Je me souviens des noms des rendez-vous des dates
Je me trompe plus de train
Je me réveille chez moi j’ai un
Chez moi
Un chat
Et je perds plus mes clefs
Une éternité
Que j’ai pas
Dû changer les serrures
Je parle plus aux serruriers
Ni aux taxis de nuit le jour
Pour retrouver mes clopes mon passeport mes miroirs
Mes romans écornés
Et mes lunettes noires
Ni aux patrons de bars
Qui mettaient en râlant mes affaires égarées
De côté
Avec la carte du serrurier
J’ai plus d’ardoise nulle part

Et j’ai toujours des sous et puis j’ai plus trop soif
Le soir
Je ris moins
Mais je perds plus rien je ris moins
Mais j’oublie
Plus rien

J’oublie plus rien

Plus rien

Il paraît que je vais mieux


Gaby

Quelle drôle d’époque Gabryel quel
Drôle de temps
Pour naître
Partout gamins aux genoux lisses au milieu des écrans
C’était pas comme ça
Avant
Si tu savais
Moi j’ai roulé dans la terre mouillée sous les cris d’orfraie de ma mère
Couru à en tourner de l’œil tourné à ne plus rien
Y voir
À ne plus savoir mon nom
Mon nom lancé de la fenêtre on va bouffer tu restes
Là où je peux
Te voir
J’ai perdu mes baskets
J’ai mangé les mûres aux buissons les fraises des cimetières
J’ai vomi l’eau glacée des sources souterraines
Fumé les rameaux d’olivier
Taché les beaux habits
Écorché tout ce qui dépasse aux branches des figuiers
Déchiré ma peau sur leur tronc
Léché la sève avec le sang mis du sang
Sur ma blouse
La tête pleine de soleil
J’ai fugué à vélo à trois sur le bicross
On volait dans les pentes
En suivant le camion du glacier
On avait pas de casque
On braillait la cucaracha en même temps que lui
Chaque fois qu’il klaxonnait de trouille
De nous rouler dessus
En nous injuriant par la vitre
Ces fugues ignorées ces fugues au bout du monde
La rue c’était le monde
On y croyait
Au moins jusqu’aux gueulantes de fenêtre en fenêtre
Les gosses à table
C’était la voisine le portable
Ta mère t’appelle la tienne aussi les gosses
À table nom de Dieu
Nos fugues avortées pour un melon aux guêpes
Et nos blessures de guerre nettoyées au Calva


Et puis le pyjama
Les nuits-lampe tempête
La cabane-édredon et les polars volés
Et les cousins en grappe dans le vieux canapé
Les Play-boys défendus
Pleins de dames toutes nues
Nos fous rires
Dans le noir
Nos fous rires increvables Nous étions immortels Gabryel
Pour naître quel
Drôle
De temps
Que celui des écrans
Tristes contemporains ces mômes aux genoux lisses


« Rechutes », Ingrid S. Kim aux Editions de l’Aigrette

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :