Aller au contenu principal

Jean-Marc BAHOLET, deux poèmes

avril 5, 2020
IL ÉTAIT TEMPS

Il était temps

que les mots s’unissent pour forger un visage

Comète échouée sur la terre en friche

j’arpente une ligne de crête

adossée aux ossements

de l’air

Contre le ciel je me suis dressé

gueule ouverte

pour lacérer la membrane transparente

du silence

Sans cesse

je me heurte au cœur sismique

aux nerfs charnels

comme des paupières

Sous mes pas

le chemin s’effondre sans fin

Aveugle

je perds mes mots dispersés par le vent


LA ROUTE


au détroit de la nuit

Effeuiller les images hivernales

qui hantent la blancheur de mes yeux

La route est absente

quand le temps se rétracte dans sa coquille noire

La route se dessine

quand les pupilles éclairent

un profil

tapi dans l’angle mort de la vie

Un rien de nonchalance allège mon pas

happé par le vide

Désertons l’immense étendue

de la ville


Jean-Marc Baholet est né en 1969 dans les Yvelines. Bibliothécaire à Paris, ses poèmes sont parus notamment dans les revues ARPA, Décharge, Incertain Regard et Phoenix.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :