Aller au contenu principal

A voix basse, extrait, Charles JULIET

mars 30, 2020


quand tu ne savais rien
de l’aventure
ce feu en toi était
malaise    souffrance

il était cette brûlure
qui rongeait
mais ne parvenait pas
à consumer ce fatras
accumulé dans mon œil

il était
ce refus du quotidien
ce refus de ce que tu étais
ce non qui t’empêchait
de vivre

il était aussi
cette infernale question
plantée en toi
comme un fer
chauffé au rouge

il était surtout
l’immensité
de cette peur
qui t’interdisait
d’avancer

au fil du temps
il s’est mué
en cette flamme
constante et claire
qui prépare le chemin
en avant de tes pas


©Tous droits réservés
No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :