Aller au contenu principal

Robert Fernet, poèmes

septembre 20, 2012

Les fleurs du jardin m’ordonnent de me taire

les fleurs du jardin m’ordonnent de me taire
l’oiseau glacial s’est enfuit
dehors la nuit est impalpable
si loin les lointains soupirs

je patauge dans les rayons d’un soleil miteux
l’eau des labyrinthes s’emmène à moi à moi à moi
le singe n’en a que faire de ma sagesse je rêve aux jarretières
derrière les murs se cachent antennes et assassins

quelque fois la neige donne des ailes aux vagabonds
empoigne-moi bonheur je t’ai vendu pour quelques rites
pour m’extasier dans les sous-sols de mes permissions
fléau d’armes dans les veines
volage à souhait voleur d’aurore

(Écrit en août 2012)
.
.
.

Voyante

Ma voyante est folle
et je l’aime comme un fou
je l’aime avec ou sans ses yeux d’arcane

Quand la mort prend un oiseau
…elle ne pleure pas
elle a déjà pleuré tous les oiseaux
et je découvre sa peine

Nous fermons la bouche aux siècles
nous regardons les insectes
sans nous trouver sages.

(Écrit vers 1991-92 / nouvelle version: mai 2011)
.
.
.
nuit pour nuit
j’abandonne ce qui peut s’abandonner
mais en vain dans son entièreté
car tout ce qui vient à moi
je ne peux l’anéantir tout à fait en moi

alors je bois la nuit
goutte à goutte
exit des sens
et je m’endors avec mes exilés…

(23 octobre 2011, sans titre)
.
.
.
je serai de retour
après un déluge vie de chien
après les fêtes au bivouac années de badinage
à la recherche des pains perdus
cherchant le vin en vain l’absurde
ne trouvant que le versant de la falaise qui hurle
après des éclats ténus d’habiles fadaises
manteau gris d’imposture
des soleils sortiront de mes yeux

et tu diras
j’ai toujours su
nous étions de même mouture

(31 août 2012, sans titre)
.
.
.

Corps encore .

.
je meurs lorsque vous mourez
je fais couler des larmes
je fais couler de l’encre
éclater les rires
je suis la vie………au pluriel
je suis la vie………au très singulier

je plane dans les airs vous vous prenez pour des oiseaux
je nage au fond de l’eau braves poissons fous
…………………nous sommes

vous et moi l’être unique
nous
vous
je
conscience de l’univers
devant l’œil des fréquences
un brouillon de cosmos
……………….persistances

je ne suis pas l’illimité
je ne suis pas que contenu
je ne suis pas que contenant
pauvres enfants qui diront
…….je suis roi…je suis reine

vous n’accompagnez pas votre corps
vous ÊTES votre corps
la force dynamique qui répond à l’aurore
au vide à la présence
je suis d’oublis, d’emphases, d’efforts
il se fait tard humanité
vous avez toujours raison d’avoir tort

et je me souviens
bouche et abreuvoir
doigt et velours
donnent de l’univers
je connais tout je ne connais rien
cette déchirure fin du monde
près du tricycle et de sa roue qui tourne sans cesse
comme une grimace
je suis une somme d’images fortuites
qui se perdront
ne me parlez pas de mérite
qui se perdront

j’ai mal au siècle
globule égaré dans les tendons
vacarme
je brise les silences pour qu’on m’entende
je fais sonner le mot
l’être répond la bouche fermée
soliloque

j’ai senti
j’ai touché aimé ce que je touchais
ces autres corps
vidanges et trésors
je baise jusqu’au cervelet
je te retrouve une autre encore
je me retrouve et je me perds
désir qui dévore une autre encore
la même toujours refuge
je me sens entier comme un sexe matador
petite mort

tout est en place
depuis le tout début
des bras des cris
un cerveau pour capter votre chlore
j’avais en moi tout un programme
un anagramme pour les porcs
et un sourire
oui un sourire
et un désir de vivre
et une pensée
j’ai vécu… véhiculé…..ni mal ni bien
ni bien ni mal.

(Écrit entre février 2012 et le 10 septembre 2012)
.
.
.
.
Robert Fernet
.
Né à Montréal en 1969. Depuis le début des années 90, poursuit ses recherches en philosophie, philologie, science et littérature. A publié en 1996 quelques poèmes dans la revue « Brèves Littéraires » et la revue « Exit ». Participe au groupe « 100dessins », une collaboration entre divers poètes et l’artiste Fred O, depuis 2011. En août 2012, a inauguré une page consacrée à ses poèmes sur le réseau social Facebook intitulée « Possibilisation – Robert Fernet ». Depuis 2009, travaille sur un livre de poésie philosophique. Auteur-compositeur, certaines de ses chansons seront prochainement publiées.
.
.


No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :