Aller au contenu principal

L’Indien est un poème de la nature

juin 30, 2012

Source :Zone d’Ecriture 20/06/2012



L’écrivain Jean Sioui est, depuis 2010, à la barre des Éditions Hannenorak dans le vieux Wendake. Il porte et fait entendre les voix d’écrivains autochtones et signe pour la Zone d’écriture un texte aussi éclairant qu’inspirant.

L’Indien est un poème de la nature
par Jean Sioui



Tendez attentivement l’oreille quand nous vous parlons de nous. La gêne a quitté nos bouches. Aujourd’hui, nos mots sans concession voyagent dans nos propres canots. Ne présumez plus de qui nous sommes. Laissez-nous vous le raconter avec dignité.
La littérature amérindienne s’impose maintenant au Québec. Témoins d’une imposante tradition orale, nous, les auteurs des Premières Nations, devenons les nouveaux gardiens du langage. Cet avènement d’auteurs autochtones nous donne aujourd’hui l’occasion d’écrire une autre version, non officielle, de l’histoire des Autochtones. Auteurs, subversifs par essence, nous sommes conscients qu’à travers la littérature, il y va de la survie d’une culture, de la vérité d’un peuple.
C’est animé par ce désir de dire ce que l’on n’entend pas assez, de faire connaître ce que l’on ignore trop, de rappeler ce que l’on risque d’oublier, de croiser les choses d’hier et celles d’aujourd’hui, de donner un espace aux choses de demain, d’ouvrir les yeux, les bouches, les voies, les bras, en somme de rêver, que je participe activement depuis les dernières années aux Résidences d’écrivains autochtones en début de carrière.
Ce programme, initiative du Service des lettres et de l’édition du Conseil des Arts du Canada, et dirigé par les Éditions Hannenorak, offre un séjour intensif de création littéraire de deux semaines. Sous la direction d’écrivains autochtones établis, le programme est conçu pour permettre aux résidents retenus de se mettre à jour et de perfectionner leurs compétences en rédaction. Il comprend des ateliers de formation, des périodes d’écriture individuelle en studio, des exposés de conférencier, de la recherche dans Internet et dans des archives, ainsi qu’un volet culturel.
Les cinq derniers boursiers qui ont participé au programme sont Marie-Andrée Gill (Innue de Mashteuiatsh), Pauline Dubé (Attikamek de Manawan), Mélissa Mollen Dupuis (Innue de Sept-Îles), David Sioui (Wendat de Wendake) et Manon Nolin (Innue de Sept-Îles). Ce sont des écrivains qui deviennent pour l’avenir les nouveaux porteurs d’une culture dont ils sont les héritiers.
Il me paraît évident de comprendre que nous, écrivains, sommes des personnages importants dans notre époque, pour diffuser encore et encore toute la pensée des Premières Nations. Il n’est donc pas prétentieux d’affirmer que les écrivains des Premières Nations sont des témoins incontournables, liés à la survie de la parole autochtone.
C’est pour permettre l’avancement de cet art littéraire que les Éditions Hannenorak, fondées en 2010, se définissent comme une maison d’édition qui s’engage à publier des écrivains autochtones. L’objectif de la maison est de répondre aux besoins de sauvegarde de la tradition des Premières Nations en s’associant à des auteurs natifs de ces cultures. Le siège social des Éditions Hannenorak se situe dans les locaux de la Librairie Hannenorak au cœur du vieux Wendake.
Mon nom dit : Celui qui porte la lumière.
Je suis fils du Soleil levant.
Je suis tse8ei.
Je suis ours.
Clown sacré d’une incroyable résistance.
Mes mots célèbrent la piste des larmes.
Chemins de vie.
Ma poésie sème dans le vertige des âges.
Des mots lèvent de mes entrailles
encensent le pays de mes ancêtres.
Fumée d’histoires sous mes yeux.
Pourchassé par la chaleur d’un clan j’écris
dans le cri du corbeau.
(extrait du recueil Je suis Île de Jean Sioui, publié chez Cornac en 2010)
*
Jean Sioui est Wendat. Diplomé de l’Université Laval, il détient un baccalauréat multidisciplinaire en trois certificats : certificat en création littéraire, certificat en études autochtones et certificat en études bibliques. Il a publié son premier recueil, Le Pas de l’Indien, aux éditions Le Loup de Gouttière en 1997, où il a dirigé la collection jeunesse Les loups rouges. Il a publié en 2004 Poèmes rouges un recueil de poésie et Hannenorak, un roman pour la jeunesse. En 2007 il a publié au Loup de Gouttière son deuxième roman jeunesse Hannenorak et le vent et un recueil de poésie L’avenir voit rouge aux Écrits des forges. Enfin en 2010 il a écrit Je suis île, un nouveau recueil de poésie qui a été publié chez Cornac. Il a aussi écrit dans les collectifs Aimititau/Parlons-nous et Mots de neige, de sable et d’océan et quelques poèmes textes se retrouvent dans l’anthologie La poésie québécoise des origines à nos jours. Il a participé en 2008 au Festival international de la poésie de Namur-Belgique. Invité en 2009 aux Correspondances d’Eastman, au Festival présence autochtones et à plusieurs autres événements littéraires. En 2010, il a créé les éditions Hannenorak qu’il dirige avec son fils.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :