Aller au contenu principal

Arthur H – l’or noir, récital poétique – Festival Etonnants Voyageurs

avril 26, 2012

Source : Theatre de StMalo


L’or noir, récital poétique, dans le cadre du Festival Etonnants Voyageurs

Pour moi la poésie noire de Aimé Césaire jusqu’à Dany Laferrière, du Sénégal à Haïti, c’est un miroir précieux qui me recentre, qui me reconnecte. J’ai essayé de trouver le son et le rythme de ces mots et de m’effacer derrière leur musique.


Arthur H

arthur-h-396299-jpg_261142-c5bc6

billetterie d’Etonnants Voyageurs ici

En savoir plus : Site d’Etonnants Voyageurs

À 15 ans, en vacances en Guadeloupe, le jeune Arthur fausse compagnie à son père Jacques Higelin, et vadrouille quatre mois dans une liberté totale. « Je venais d’un monde en noir et blanc, je découvrais la couleur ; j’ai bu du rhum, goûté aux champignons hallucinogènes, et fait l’amour. »

Depuis Arthur est devenu Arthur H. Révélé par son album Bachibouzouk au début des années 1990, l’insaisissable « fils de » s’applique à déjouer les attentes, passant sans complexe des ambiances suaves et suspendues (Adieu tristesse, 2005) aux rythmes dansants et effrontément disco (L’homme du monde, 2008). Seule constante : le goût du risque et la part de sensualité, voire d’érotisme, que le chanteur distille dans tous ses albums. Souvent langoureux, toujours amoureux, comme en témoigne son dernier opus Baba Love (traduisez « ébahi par l’amour »).

De sa fugue fondatrice, Arthur H a pourtant gardé le sentiment d’une connexion intime, émotionnelle avec les cultures noires des Amériques . Pour ce musicien qui voit en la musique noire américaine « la plus grande révolution culturelle du XXe siècle », la poésie issue de la « fertilisation de l’âme noire dans le monde blanc » est indispensable pour prendre ses distances avec une vision trop sèche et étroitement cérébrale de la culture.

L’an dernier au théâtre de l’Odéon, Arthur H remplace un comédien au pied levé pour une soirée hommage à Édouard Glissant, en présence du grand poète martiniquais. Il prête sa voix caverneuse, « gainsbourienne », aux images fambloyantes du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire. Un texte lyrique dont le chanteur aime par dessus tout « ces choses sans âge et sans couleur », moments simples et éblouissants où le texte « parle de la noblesse humaine ».

Naît alors l’idée d’un récital, finalement créé à Sète à l’été 2011, avec son compère Nicolas Repac. « Autour d’un petit rituel sans prétention », le spectacle est conçu comme « une espèce de grand conte très mystérieux », invitant à partager un espace large, où viennent renaïtre les images d’Aimé Césaire, d’Édouard Glissant, de René Depestre, d’Amos Tutuola, ou encore de Dany Laferrière. Après un passage mémorable à Port-au-Prince, pour l’édition 2012 d’Étonnants Voyageurs en Haïti, Arthur H et le musicien Nicolas Repac offriront au public malouin de gouter à l’ivresse poétique et musicale de l’Or Noir.


No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :