Aller au contenu principal

Jules Mousseron, mineur et poète patoisant majeur !

avril 6, 2012

Source : La Voix Du Nord 01/04/2012


Jules Mousseron, y travaillot à l’fosse, dins ches mines, du côté d’Douai. …

Et non seul’mint y sacquot d’dins pour rimplir ches berlines éd’carbon mais comme yétôt doué comme personne, y’inventot des histoires in patois, éq’chà fait rire ches gins kor aujourd’hui !

OAS_AD(‘Position1’);

Ch’est li l’père (ô combien) spirituel éd’Cafougnette, un mineur modèle, malin, dégourdi, n’ayant pont s’lanque dins s’poche et capappe éd’ténir él’crachoir avec ches porions et min-me avec éch’l’ingénieur ! J’a caché sin nom dins ch’dictionnaire mais, à « Mousseron », ch’est écrit « petit champignon comestible, très parfumé »… Y’a là un manque argrétappe et j’a écrit à l’Académie, à Paris, pour demander d’rectifier l’tir, pour un homme qui a donné ses lettres éd’noblesse, à note patois qu’in dit « picard » !

Y faudrot, aussi, ajouter Cafougnette, ch’est un géant – pont seul’mint l’jour du carnaval -, et non seul’mint ses histoires y sont immortelles, mais aujourd’hui, in peut kor essayer d’énne inventer des nouvelles : « Ch’est Cafougnette, éfant, qui rapporte sin carnet d’notes à sin père. Avec gramint d’zéros ! Ech’père y’est furibard, et y d’mande à sin fiù : « Ch’est quoi qu’tous ches zéros ? Et chà que ch’maîtte y’a écrit « Enne travaille pont in classe : y’est toudis dins la lune ! » A quoi qu’té pinse ? Ech’te met pont à l’école pour rêvasser mais pour travailler ! » « Mais, P’pa, qu’y répond Cafougnette, mi, éch’rêffe d’énne école ronde… » « Ch’est quoi que t’nhistoire ? » « Bin, comme chà, ch’maîtte y pourrot pus m’mette au coin !

 » Parti d’Denain, Cafougnette y s’in va in Belgique, pour akater du touback. In arvénant, y s’fait arrêter par un douanier, qui l’y d’mande : « Vous n’avez rien à déclarer ? Pont d’touback ? Pont d’alcools ? » « Non non », qu’y répond Cafougnette ! « Pont d’devises non pus ? » « Ah ! si, mi j’énne a une : « y vaut miux énne bonne bière dins l’corps, qu’un corps dins énne bière ! » » Cafougnette y va à Lille et là, y’a un mendiant qui li d’mande des sous, « pour sogner s’famme, qu’al’est vielle et malatte ! » Et Cafougnette éd’réponde : « Ch’est pont la peine mi, j’a l’min-me à m’mason ! » Ch’est s’famme à Cafougnette qu’al’a akaté un nouviau mantiau. Sin garchon y li d’mande « Y’est bieau, tin mantiau, mais y’a dû coûter fort ker ? » « Non, non, qu’al’répond : seul’mint énne baisse ! » « A min père ?

 » « Non, ch’est énne baisse que tin père y’a donné à m’jon-ne voisine ! Y s’doutot pont qu’éch’l’avot vu » Cafougnette y s’in va à ch’marqué, pour akater un poulet. Chelle vendeusse àl’li fait d’elle réclame, pour un poulet « qui vient tout drot d’un élevache éd’Bresse » ! Considérant l’bestiolle, un tantinet maigrichonne, Cafougnette y li répond : « Ouais, mais y’airot pont fallu l’faire vénir à pied ! » •


No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :